Armand SEGUIN : L’Entrée de la rivière - 1893

seguin_entree_image
 
 
seguin_entree_marges
seguin_entree_detail

Prix : 8000 €

Eau-forte, 179 x 300 mm. Field, Strauss & Wagstaff 30.

Rare. Tirage à 15 épreuves.

Provenance : Émile Jourdan (1860-1931), puis descendance directe.

Très belle épreuve imprimée en noir bistré sur papier vergé, annotée à rebours dans la planche en bas à gauche Juillet 93. Petites marges (feuille : 215 x 350 mm). Quatre petites déchirures de 10 mm environ restaurées dans la marge supérieure et une tache claire en tête au milieu dans les nuages. Bon état général.

Field, Strauss et Wagstaff supposent qu’il s’agit de l’estampe mentionnée dans le catalogue de l’exposition personnelle de Seguin à la galerie Le Barc de Boutteville en février-mars 1895 sous le titre L’entrée de la rivière (n°38) tirée à 15 épreuves. Il n’existe pas de retirage.

Marqué par l’exposition dite Volpini organisée en 1889 par Gauguin, qui réunissait des œuvres du « groupe impressionniste et synthétiste », Seguin commence à graver l’année suivante. Il fait ensuite plusieurs séjours à Pont-Aven, en 1891 et 1892, avant de s’installer durant l’été 1893 à Saint-Julien au Pouldu, où il grave en compagnie de Roderic O’Conor, comme le relate Jos Pennec : « Ils travaillent de concert sur une série d’eaux-fortes, paysages du Pouldu, arbres aux lignes mouvantes et tourmentées, gestes quotidiens de paysannes bretonnes. Le style change et s’affirme, les paysages se synthétisent pour devenir des études de plus en plus abstraites de formes et de plans ; chaque partie du paysage est différenciée à la manière cloisonniste par une succession nerveuse de traits verticaux et de bandes horizontales mettant ainsi en évidence les différentes masses de la composition. Maîtrisant parfaitement les possibilités techniques de l’eau-forte, Seguin atteint le sommet de son art. » (Jos Pennec, Armand Seguin, 1869-1903, Musée de Pont-Aven, 1989).

Field, Strauss et Wagstaff mentionnent trois épreuves de L’Entrée de la rivière dont l’une était dédicacée par Seguin à Monsieur Beltrand. La galerie C.G. Boerner a présenté dans son catalogue en 2005 une épreuve ayant appartenu à Roderic O’Conor. Notre épreuve appartenait à Émile Jourdan qui habitait Pont-Aven et fréquentait Gauguin, Seguin et O’Conor. On sait que Seguin a envoyé à Paris certaines de ses matrices avec des instructions pour l’imprimeur Delâtre (voir Boyle-Turner, p. 82). Il est probable qu’il a imprimé lui-même, sur une petite presse au Pouldu, quelques épreuves qu’il a offertes à ses amis.

Références : R. S. Field, C. L. Strauss et S. J. Wagstaff Jr. : The Prints of Armand Seguin 1869-1903, Davison Art Center, 1980 ; M. Grivel (commissaire) : Gauguin & l'Ecole de Pont-Aven, Bibliothèque nationale de France, 1989 ; C. Boyle-Turner : The Prints of the Pont-Aven School : Gauguin and his circle in Brittany, MOMA, 1986 ; C. Puget (dir.) : Armand Seguin, 1869-1903, Musée de Pont-Aven, 1989.

Image HD