Francisco GOYA : ¡ Que guerrero !, Una reïna del circo, Otras leyes por el pueblo, Lluvia de toros - 1816-1823

goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(3)
 
 
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(8)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(6)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(1)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(4)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(7)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(9)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(2)
goya_quatre_planches_proverbios_sarah_sauvin-(5)

Prix : 9000 € les 4 planches

Eau-forte, aquatinte et pointe sèche, 245 x 350 mm chaque. Delteil 220 à 223, Harris 266 à 269 III/III.

Ensemble complet des quatre planches additionnelles de la suite Los Proverbios [Les Proverbes]. Très belles épreuves sur papier vergé de la 1re édition, publiée par L’Art en 1877.

Les vingt-deux planches des Proverbes sont les dernières gravures exécutées par Goya. Elles ont été gravées entre 1816 et 1823 et sont demeurées inédites de son vivant. Les cuivres de 18 planches (Harris 248 à 265), conservés par le fils de Goya, ont été redécouverts après sa mort en 1854 et publiés pour la première fois en 1864 par la Real Academia de Nobles Artes de San Fernando sous le titre Los Proverbios. Les quatre planches dites additionnelles, découvertes peu après dans la collection du peintre espagnol Eugenio Lucas, furent éditées pour la première fois en 1877, imprimées par François Liénard à Paris pour la revue L’Art. Les gravures, insérées en hors-texte dans la revue, étaient accompagnées d’une étude par Charles Yriarte sur Goya aquafortiste. Ces quatre cuivres ont fait l’objet d’une donation par la Société des Amis du Louvre à la Chalcographie du musée en 2011.

On connaît seulement quelques épreuves d’essai anciennes de cette série. Comme l’a souligné Tomás Harris, la qualité des premières épreuves imprimées pour L’Art est très proche de celle des épreuves d’essai, les plaques n’ayant pas été imprimées entre-temps. Les épreuves d’essai anciennes portent des annotations manuscrites qui ont été parfois attribuées à Goya. Certaines sont des légendes associant le nom Disparate (sottise, folie) à un complément. Celles que conserve le Museo Lázaro Galdiano de Madrid portent ces mentions : Disparate conocido [Sottise connue], Disparate puntual [Sottise ponctuelle], Disparate de bestia [Sottise de bête] et Disparate de tontos (ou toritos) [Sottise d’idiots ou de petits taureaux]. Ces annotations sont à l’origine du titre Los Disparates sous lequel la série est connue.

Les titres gravés en espagnol et en français sur les plaques lors de l’impression pour L’Art ont été inventés à cette occasion : ¡ Que guerrero ! (Quel guerrier), Una reïna del circo (Une reine du Cirque), Otras leyes por el pueblo (Autres lois pour le peuple), Lluvia de toros (Pluie de Taureaux).

Références : Tomás Harris, Goya - Engravings and Lithographs, 2 volumes, 1964 ; Pascal Torres « Quatre Disparates de Francisco Goya entrent à la Chalcographie », La Revue des musées de France. Revue du Louvre, 2012-1, p. 16-19.