Giovanni Battista PIRANESI : Les Prisonniers sur un éperon - 1749/1761

piranesi_prisonniers_sarah_sauvin-(1)
 
 

Prix : 9000 €

Eau-forte et burin, 415 x 545 mm. Robison 36, 2e état/6, 1er tirage de la 2e édition ; Focillon 33 ; Hind 10.

Planche X des Carceri d’Invenzione [Prisons imaginaires] ou Invenzioni capric. di carceri [Inventions fantastiques de prisons].

Épreuve du 2e état (sur 6 selon Robison) avec les nouveaux travaux notamment la passerelle dans l’angle supérieur droit et la poutre supportant de lourdes chaînes saillant depuis le bord droit, mais avant le chiffre romain.

Le tirage a été effectué par Piranèse lui-même en 1761. Il s’agit du tout premier tirage de l’estampe retravaillée par Piranèse, incluse dans la seconde édition des Carceri.

Superbe épreuve imprimée sur papier vergé filigrané (fleur de lys dans un double cercle). Excellent état général. Pli vertical médian normal. Toutes marges (feuille : 520 x 780 mm).

« Les captifs sont nombreux, ce qui paraît normal dans des prisons. Cependant, ils ne sont pas derrière les barreaux comme on s’y attendrait mais, ainsi que les figures héraldiques ou décoratives des trophées d’armes, assis et liés ou enchaînés à la vue des errants, exposés aux intempéries que l’on devine dans des espaces qui ne sont apparemment délimités que par les bords de la plaque de cuivre. Max-Pol Fouchet écrit assez justement que ‘la cruauté de l’image est précisément d’accorder aux captifs un espace semblable à celui de la liberté, mais en réalité accordé pour perdre le condamné dans le vide’. » (Maxime Préaud, « Les prisons libres et closes de Jean-Baptiste Piranèse », in Revue de la BnF, 2010/2 (n° 35), pages 11 à 17).

Image HD